Trois questions plus une avec… Hélène Verdier. Présidente de la FNCTA Puy-de-Dôme

 

Interview 2019 :

Hélène Verdier, tu es la Présidente de la FNCTA du Puy-de-Dôme.
Rapide présentation.

Hélène Verdier, peux-tu nous présenter le Comité Départemental du Puy-de-Dôme de la FNCTA ?

Aujourd’hui, le comité départemental du Puy de Dôme réunit dix-neuf troupes.
Je me réjouis de constater que le nombre d’adhérents augmente régulièrement depuis trois ans. Nos actions associent le plus souvent possible des auteurs, des professionnels, des membres de différentes troupes. Les projets que nous mettons en place visent à la formation des comédiens, des metteurs en scène, des techniciens et à favoriser les échanges inter-troupes. Alors au programme nous déclinons des lectures publiques assurées par les comédiens des différentes troupes. Depuis un an, ces lectures se déroulent dans l’un des parcs de Clermont-Ferrand en été et dans les salons de l’Hôtel Alexandre Vialatte durant la mauvaise saison. De plus en plus de comédiens participent et le public devient plus nombreux d’un rendez-vous à l’autre. Fin novembre – début décembre, lors de notre Cabaret Théâtral, nous accueillons des auteurs depuis trois ans. Ils assistent à la présentation des scènes courtes (10mn) qu’ils ont écrites pour les troupes. Cette année, en une journée, ils prépareront avec les comédiens une lecture d’un de leur texte écrit pour l’occasion pour le présenter au public lors de cette soirée. Depuis deux ans, des professionnels locaux dirigent les acteurs au sein des troupes, en accord avec le projet du metteur en scène. Ce volet a vu le jour en prolongement de la Troupe départementale qui était difficile à faire vivre car les comédiens, engagés dans les projets de leur troupe, n’avaient pas la disponibilité pour mener deux projets de front.
Je résumerai le Comité Départemental du Puy De Dôme par ces trois notions : échanges inter-troupes, découverte des textes contemporains et de leurs auteurs, formation et échanges avec des professionnels. C’est en effet les trois axes que j’essaie de mettre en avant depuis mon élection en 2011, prolongeant au fil des années et des projets les motivations ayant donné lieu à la naissance du Comité Départemental du Puy de Dôme le 29 novembre 2002 et portée par les présidents qui m’ont précédé : Jean-Claude Martin, Séverine Levert et Jean-Marc de Souza (ordre inversement chronologique)

Vous organisez la seconde rencontre régionale de théâtre de jeunes à Gerzat en novembre, peux-tu nous expliquer avec qui et comment vous l’avez organisé, l’implication des jeunes notamment ?

Depuis deux ans j’essaie, sans y arriver, de faire émerger un projet « jeune ». C’est en effet un des volets qui fait cruellement défaut au niveau du CD63. Peu de troupes ont des groupes jeunes, et amener les jeunes au théâtre est un pari difficile.
Au cours de l’été 2018, Gilles Champion m’a contactée pour me parler de la mise en place d’une seconde rencontre jeunes inter-régionales (Théa’Vourles en avril 2018 était la première) que le Théâtre de l’Horloge, troupe du Puy de Dôme, voulait bien organiser. C’est ainsi que l’idée Théa’Gerzat est né ! Le CD63 n’avait plus qu’à proposer son aide pour que cette idée se transforme en véritable projet. Ensemble, on est toujours plus fort : le CD69 a su motiver le Théâtre de l’Horloge lors de Théa’Vourles, le CD63 a profité de l’occasion pour démarrer un projet « jeunes ». Compte tenu des deux échecs précédents, le Conseil d’Administration du CD63 ne voulait pas s’engager sans une implication forte des jeunes du Théâtre de L’Horloge. J’ai profité de l’énergie insufflée par l’équipe du CD69 pour les impliquer. Aujourd’hui, une équipe de jeunes s’activent pour que le projet se structure : Ambre, Léa, Laurine, Giovanni ne manquent pas d’idées pour que cette rencontre soit une réussite. Ils réalisent les affiches et les plaquettes, recherchent les annonceurs, recherchent les hébergements, sélectionnent les spectacles, … Le CD63 assume le rôle de chef d’orchestre et de financeur. Bien sûr, l’Union Régionale est à nos côtés… pardon les Unions Régionales puisque cette rencontre marquera le premier projet co-supporté par l’Union Régionale Auvergne et l’Union Régionale Rhône-Alpes.

Comment souhaites-tu que la FNCTA et son entité régionale évoluent ?

Les entités régionales, c’est une question délicate. En effet, les avis au sein des Unions Régionales sont très divergents selon leur fonctionnement actuel. Je ne peux donc répondre qu’en mon nom.
Lorsque je regarde l’aspect juridique (les statuts), les unions régionales sont, de mon point de vue, des relais administratifs. Leur rôle est d’aider les projets à voir le jour particulièrement en apportant leur aide matérielle. Cela me laisse penser que les Unions Régionales doivent se caler sur les régions administratives.
Lorsque je regarde le côté pratique et humain, les Unions régionales sont, vue de ma fenêtre, des personnes qui œuvrent ensemble pour animer des projets au plus près d’eux. Dans ce contexte, je pense que seul un territoire homogène dans ses problématiques et peu étendu peut permettre à une UR d’exister.
Alors ?
Eh bien si je fais la synthèse, je me dis que les UR doivent rester ce qu’elles sont : des relais administratifs du siège fédéral, la vitrine face aux institutions territoriales de leur Région. Pour moi, c’est également à elle que revient le rôle d’orientation des actions menées en faveur du théâtre amateur sur leur territoire. Leur rôle s’arrête là ! Cela revient à dire que le véritable relais pour que le théâtre amateur se développe, s’améliore, se modernise, s’appuie sur les Comités Départementaux. A eux d’animer le théâtre amateur sur leur territoire en accord avec les orientations définies par leur UR d’appartenance.
Pour la FNCTA, j’en suis très éloignée et je connais mal son fonctionnement. Ce qui me semble le plus nécessaire est de garder les actions auprès des notre autorité de tutelle, le ministère de la culture (et tout ce qui permet d’avancer dans ce domaine). Ensuite, j’aimerai qu’un relais et un soutien plus net des actions locales se concrétisent à travers, par exemple, la communication, la définition des axes prioritaires, la définition de critères homogènes pour labelliser les événements…
Et puis et surtout ! moderniser… si les jeunes ne s’impliquent pas dans nos structures n’est-ce pas aussi parce qu’on ne leur laisse pas la place ?

Un petit mot personnel pour finir ?

Tous les projets associatifs sont des projets humains. Pour moi, ce n’est qu’en s’écoutant et en apprenant les uns des autres que l’on peut construire des projets. Sans les personnes qui m’entourent au sein du CD63 aucun projet ne verrait le jour. Mon rôle est de repérer les qualités des personnes qui sont présentes pour que des projets solides voient le jour.
Cette vision de la vie associative est celle que j’applique au sein de ma troupe et qui me guide. Le Théâtre pour moi, c’est un enrichissement personnel à rechercher à travers le partage d’idées et d’émotions.

Informations complémentaires :

Pour l’actualité de la FNCTA du Puy-de-Dôme, cliquer ici
Pour télécharger l’appel à spectacle du Festival Théâ’Gerzat, Rencontre Régionale de Théâtre Jeune, cliquer ici
Pour la page facebook de la compagnie d’Hélène Verdier, Tout Un Théâtre, cliquer ici
Interview réalisée par Gilles Champion, Président de la FNCTA Rhône-Alpes