Tribune du Mouvement Associatif. Mobilisons-nous pour une vraie politique de vie associative !

Tribune :

#DUTILITECITOYENNE
Mobilisons-nous pour une vraie politique de vie associative !

Les associations sont partout, dans les villages, les villes, à l’échelle du département ou de la région. Elles sont une réalité quotidienne pour chacun.e de nous et sont des lieux essentiels qui animent un territoire, font vivre le lien social, permettent les rencontres et les échanges. Crèches, maisons de retraite, associations de parents d’élèves, clubs sportifs ou clubs cinéma, lieux de culture ou de mobilisation militante, les associations développent des activités pour tous et toutes, créent des passerelles entre elles pour inventer de nouvelles façons de faire, permettent l’implication de chacun et chacune pour transformer le quotidien. Régulièrement, elles se mobilisent et se font entendre pour défendre et porter des enjeux de société : lutte contre la pauvreté et l’exclusion, développement durable et enjeux écologiques, accès au sport ou à la culture pour tous, éducation, lutte contre les discriminations, citoyenneté, etc…
En Auvergne-Rhône-Alpes, 83,5% des structures de l’économie sociale et solidaire sont des associations. La vie associative dans notre région, ce sont plus de 165 000 associations en activité qui contribuent au dynamisme de nos territoires, et 1,6 millions de bénévoles qui mettent en oeuvre des projets collectifs d’intérêt général, à finalité non-lucrative. A leurs côtés, les 235 000 salarié.e.s associatifs représentent 10,1% de l’emploi privé régional, soit davantage que le secteur du transport ou de la construction.
Cette énergie citoyenne est précieuse, tous ceux qui y contribuent le savent. Elle mérite d’être reconnue et soutenue, parce que toute cette mobilisation et ces activités déployées sont des investissements au service de la société. Grâce à l’implication bénévole et l’agilité d’action des associations, 1 euro investi par un partenaire public ou privé pour soutenir leur action produit jusqu’à 6 ou 7 fois plus de bénéfices pour la collectivité. Pourtant, tous ceux qui sont investis dans les associations le constatent, le contexte est aujourd’hui de plus en plus difficile : les exigences réglementaires et administratives se multiplient, les démarches pour trouver des financements sont lourdes et difficiles, et les actions à porter de plus en plus nombreuses… Au risque de voir le plaisir d’agir pour le collectif disparaître et laisser place à un certain découragement…
Bien sûr, tous les acteurs publics reconnaissent que la vie associative est importante. Mais les déclarations ne suffisent pas, il faut des actes ! Et aujourd’hui, nous avons de réelles inquiétudes sur la prise en considération de la politique de vie associative, au niveau national et territorial. Pour la première fois depuis plusieurs années, les chiffres marquent un recul de l’emploi associatif, et une disparition plus importante que les années précédentes des associations les plus fragiles. Il n’y a aucune fatalité à cela, au regard de la volonté d’engagement des citoyens, qui ne se dément pas. Mais il faut pour la soutenir que les pouvoirs publics, partenaires de longue date de la vie associative, s’engagent pour construire un réel dialogue et mettre la vie associative au cœur des politiques publiques.

A l’issue d’une concertation menée au début de l’année 2018, un rapport a été remis par le Mouvement associatif au Premier Ministre, comportant 59 propositions pour construire cette politique de vie associative, au niveau de l’Etat et en lien avec les collectivités. Nous attendons qu’à ces propositions soit apportée une réponse ambitieuse et
ouvrant de réelles perspectives. Ce n’est pour l’instant pas le cas dans le projet de loi de finances pour 2019 qui vient d’être présenté, et les projets de réforme de l’organisation des services déconcentrés de l’Etat font craindre un affaiblissement du portage de ces sujets au niveau territorial. C’est une situation bien paradoxale, alors que le Président de la République annonce vouloir construire « le contrat social du 21ème siècle » en luttant contre les « inégalités de destin », et faire émerger une véritable société de l’engagement ! Cette société de l’engagement existe déjà, la vitalité associative l’incarne au quotidien. Faisons lui confiance, et mobilisons-nous ensemble pour la démultiplier.

Informations complémentaires :

Sur le site internet du Mouvement associatif : + d’infos