Subventions FDVA : comment ça fonctionne ?

Description

FDVA est un acronyme pour Fond de Développement de la Vie Associative.
Il est doté par l’État de plusieurs dizaines de millions d’euros et, comme son nom l’indique, il est destiné UNIQUEMENT aux associations, donc nos troupes amateures peuvent en être bénéficiaires.

Il est géré par la DRDJSCS (Direction Régionale Jeunesse et Sports…) via sa CRVA (Commission Régionale de la Vie Associative).

Il y a deux types d’aides :

  • FDVA 1 pour des aides à la formation des bénévoles,
  • FDVA 2 pour des aides au fonctionnement et à des projets innovants.

La campagne de demandes de subvention s’étale en général de mi-janvier à mi-mars (cela dépend des départements) et les réponses sont envoyées vers fin juin, les virements bancaires sont opérés par le service des Impôts en aout qui suit.

Comment votre Fédération FNCTA agit dans ce contexte ?

En premier, je rappelle le jeu des « poupées russes » : une troupe adhère à un Comité Départemental (un CD), un CD est rassemblé avec les autres CD d’une Région en une Union Régionale, l’Union Régionale ex Rhône Alpes (URRA) est rassemblée avec d’autres fédérations de pratiques artistiques amateures et de Patrimoine dans la COFAC AURA (Coordination de fédérations régionales), la COFAC est à son tour rassemblée avec d’autres regroupements au sein du MOUVEMENT ASSOCIATIF AURA qui envoie des représentants et anime la CRVA. La boucle est bouclée, nous sommes ainsi parfaitement informés des détails du processus FDVA.

À chaque étape, il y a des militants du théâtre amateur, de la troupe au MOUVEMENT ASSOCIATIF, il faut être présent pour vous représenter, faire valoir nos spécificités et vous informer.

Depuis 2 ans, l’URRA propose en janvier, une formation pour tout expliquer et vous aider : le pré requis est de déclarer tout de suite votre association sur  https://lecompteasso.associations.gouv.fr, il y a beaucoup de données à saisir, votre RNA, SIRET, RIB, PV de vos AG, etc…
Important : Bien veiller à ce que l’intitulé de votre RIB corresponde exactement au libellé du SIRET car les impôts sont très vigilants.

Si vous souhaitez bénéficier de cette formation bénévole en janvier 2021 (date et lieu pas encore fixés), envoyez un message dès lecture de cet article à la secrétaire Marie Claude Yvernel mcyvernel@gmail.com

Des résultats

Sur la région AURA, le total des subventions reçues est important, plus de 6 000 euros, dont 2 500 euros à l’Union Régionale ex Rhône Alpes (URRA), 1 000 euros au festival de Bourg porté par le CD 01, 2 000 euros à une troupe du CD69 et 1 500 euros au CD42…!

Pour l’URRA, il y a 1 000 euros pour l’aide au processus de fusion FNCTA en AURA (Auvergne et Rhône Alpes), 1 500 euros pour la seconde rencontre de théâtre de jeunes en avril 2021 (voir autre article dans cette publication)

Nous avons demandé à la troupe COUR ET JARDIN du CD 69 de présenter sa démarche (ci-dessous)

En résumé, les Pouvoirs Publics aident la Vie Associative, le processus FDVA est complexe mais bien balisé, il faut faire preuve d’un peu d’audace dans nos projets, qui doivent être INNOVANT ou améliorer notre fonctionnement associatif. Et à coup sûr, les associations qui ne demandent rien…n’ont rien !

Gilles Champion


Interview de Michèle Fayard, troupe Cour et Jardin

Pendant plus de 20 ans, j’ai joué avec moult metteurs en scène – professionnels et amateurs et les ai assistés pour des créations. Un jour en travaillant avec l’un d’eux, celui-ci me dit : « toi, ce qu’il te faut, c’est créer ta propre structure » !
C’est ainsi, qu’en 2012 je créais Cour et Jardin.
Se sont enchainés des spectacles annuels, très divers, allant de la comédie-sociale à des pièces plus classiques. Lors d’un stage à La Journée du Comédien, je rencontre Karine Duffaut, qui me fait découvrir l’existence de stages de T’chi-Clown, auxquels je m’inscris pendant un an. Edmond Morsilli en est le créateur.

Grâce à Gilles Champion, au CD 69, j’apprends que le FDVA peut participer financièrement à un projet innovant. Je décide alors de monter un dossier pour cette activité de T’chi Clown, assez peu connue mais… qui ne peut laisser indifférent ! Après deux mois de travail et de rencontres avec Edmond pour le côté pédagogique, l’aide de Gérard Gutierrez, entrepreneur de spectacles pour le côté tableau prévisionnel (qui est loin de mon jeu scénique !) et quelques appels au FDVA et à l’URRA, j’envoie mon dossier.

Cette action sera axée sur un public qui a pu rencontrer des difficultés et qui a besoin de reprendre confiance et de se reconstruire.
Lorsque 3 mois plus tard la réponse positive arrive, c’est une formidable joie, une reconnaissance de cette possibilité de mettre en action le T’chi ! 2000€ sont accordés… l’on va pouvoir avancer avec les partenaires associatifs déjà intéressés…

Mais le T’chi c’est quoi ?

Définition

Le terme T’chi (énergie) est emprunté au taï chi chuan pour la fluidité de mouvement « jusqu’au bout des doigts et des doigts de pieds, et au théâtre traditionnel japonais (Nô) pour la concentration du souffle vital dans le ventre  » (centre de gravité du corps).

Le mot Clown recouvre pour nous toute forme d’incarnation par le mouvement, la voix et la parole d’une émotion vécue derrière notre nez rouge pendant nos interactions de jeu.

Déroulement d’un atelier

Durant l’atelier ou le stage, nous nous libérons de nos conventions sociales pour retrouver, dans la confiance du groupe, le plaisir de bouger et de se relâcher sans jugement ni auto-évaluation. Dans nos improvisations, derrière un nez rouge et avec des consignes simples, nous apprenons à transformer nos émotions et ressentis en énergie (t’chi) de jeu (clown). Se créent alors, sous le regard des autres participants, des moments de rencontres sensibles et poétiques. La progression de chacun des participants, dans sa capacité à se laisser traverser par l’énergie de jeu, se fait à travers un processus qui se déroule en 3 temps:

1-La mise en présence individuelle et collective avec et sans musique.
2- Le jeu avec l’énergie corporelle sensible
3- Les improvisations libres et dirigées

Objectif(s) poursuivi(s)

L’objectif est d’identifier les obstacles et de donner des éléments de réponse pour avancer dans son cheminement personnel et/ou professionnel.

Parce que les difficultés de la vie font que la personne se sent dévalorisée, diminuée, regardant la vie à travers son prisme déformé, le Tchi va permettre de la replacer au centre d’elle-même et la reconstruire dans une image plus juste. Le regard bienveillant des partenaires avec lesquels elle trace sa ligne de jeu, lui renvoie cette confiance qui la grandira. Là, elle existe, par rapport à un groupe qui dit des choses, elle se recharge de ces énergies et son regard change par rapport à ce qui l’entoure, dans une ouverture plus grande et rectifiée. Elle est mise en jeu dans des choses qui fonctionnent.

En accord avec Edmond, je conclurai avec lui : « Il me semble que je ne pourrais jamais me lasser d’expérimenter le je(u) de la rencontre. L’entre-deux je(u) dans l’antre de l’espace scénique. »