Interview croisée de Annick Ninotta et Michel Pierre

Interview croisée Annick Ninotta présidente du CD 42 et de Michel Pierre président du CD 73-74

Vos deux CD ont fait leurs Assemblées Générales annuelles avec le vote électronique, pouvez-vous nous dire comment cela s’est passé ?

Annick : « Notre AG a pu se dérouler le 1er octobre comme prévu. Nous avons utilisé le vote électronique ce qui a pu permettre à 12 compagnies de participer sans être présentes. C’est une avancée mais le nombre de présents était très faible : 8 ; ce qui n’a jamais été aussi bas. »

Michel : « Notre AG s’est déroulée le 12 septembre par visio-conférence ; 5 membres du comité étaient présents (sur 6) ; 2 compagnies représentées ont participé à l’AG. Nous avions mis en place le vote électronique dans les semaines précédentes, et 30 compagnies avaient participé (sur 60) ; malheureusement, 7 autres compagnies avaient répondu au questionnaire électronique sans valider leur choix, nous n’avons donc pas pu prendre en compte leur vote ; néanmoins, la participation a été je pense satisfaisante, et les retours de ce fonctionnement ont été en grande majorité positifs.
A noter que Samuel ROCHAT s’est proposé lors de cette AG pour être commissaire aux comptes lors de la prochaine AG. »

Avez-vous pu renouveler / renforcer-consolider vos bureaux et CA ? difficultés ?

Annick : « Notre CA s’est déroulé une semaine après l’assemblée générale ; un point positif : nous avons pu l’étoffer grâce à trois nouvelles candidatures ; la composition du CA passe de 9 à 12 membres.
Point négatif : j’ai annoncé depuis janvier dernier que je souhaitais quitter la place de présidente ; malgré mes sollicitations, je n’ai trouvé aucun candidat à ma succession même en envisageant d’accompagner le remplaçant pendant un an ; je me considère en sursis et lors de la prochaine assemblée générale qui aura lieu sans doute le 27 mars 2021, date de notre journée du comédien, j’annoncerai ma démission quelle que soit la situation. »

Michel : « Notre CA, déjà peu étoffé, puisque nous avions « perdu » 3 membres, démissionnaires cette année, s’est enrichi d’une seule personne. Nous sommes donc maintenant 7 membres
Pour le bureau, les postes de président et trésorier ont été conservés par Michel PIERRE et Dominique BOURGOIS ; le poste de secrétaire est occupé maintenant par Jean-Luc FELGEIROLLE, et le poste de responsable communication par Pascal DELZEITH, nouvel arrivant ; j’avais proposé que soit créé un poste de vice-président, qui aurait pu être celui ou celle qui me succèderait l’année prochaine, mais personne n’a été volontaire.
Pour les représentants du CD au sein du CA de l’URRA, seules 2 personnes, en-dehors du président, ont été volontaires.
À noter que je quitterai le poste de président et le comité l’année prochaine, pour des raisons personnelles (déménagement dans une autre région) »

Vous êtes proche du terrain des troupes, quel est l’état d’esprit des troupes et des comédiens en cette rentrée difficile ? A quoi aspirent elles ?

Annick : « L’état d’esprit est actuellement très morose ; certaines compagnies ont repris leurs répétitions en s’organisant en petits groupes, en gardant le masque. D’autres n’ont rien repris, dépendantes qu’elles sont de directives institutionnelles (mairie, associations…). A noter que certains comédiens ont peur et hésitent à se lancer à nouveau. Des festivals ont été annulés : Coulisses d’automne à Andrézieux, festival de théâtre amateur au NEC à Saint Priest en Jarez. Celui d’Unieux a malgré tout été maintenu le week-end du 3 et 4 octobre avec une présence importante du public malgré le contexte. »

Michel : « Les retours que j’ai sont assez contrastés ; 2 festivals ont été maintenus, à Thonon (« Les vendanges de l’Oncion ») fin septembre et à Annecy (« Sur un plateau ») courant septembre ; ce festival, auquel j’ai participé dans l’équipe d’organisation, s’est très bien déroulé, avec des mesures sanitaires bien acceptées par le public et les participants.

Je vois circuler quelques annonces de spectacles pour la fin de l’année, qui prouvent que certaines troupes « s’accrochent » et continue de travailler et de proposer leur pièce. Evidemment, je n’ai pas de retour de toutes les troupes, et en particulier je pense de celles qui sont « en sommeil ».

Du côté du renouvellement des adhésions FNCTA, qui peut être un « baromètre » du travail et du moral des troupes, la moitié des troupes ont pour le moment ré-adhéré, avec deux « nouvelles » compagnies sur les 2 départements. »

Interview de Gilles Champion
Retrouvez la page Facebook du CD73-74, cliquez ici