Entrez sans frapper. Le spectacle est dans l’hôtel. Interview de Stéphanie Doche

Interview de Stéphanie Doche

GD. Stéphanie. En compagnie de Pierre-Louis Lanier, vous avez écrit cette pièce de théâtre Entrez sans frapper. Que vous allez rejouer à Annecy (Haute Savoie) et en première à Aix-les-Bains (Savoie), en 2019. Une pièce originale : Les scènes se déroulent dans différentes chambres d’un véritable hôtel et les spectateurs se déplacent pour voir ce qui s’y déroule.
Comment vous est venue cette idée ?

SD. Une fois de plus, c’est l’envie de créer un spectacle hors les murs qui a nourri ce projet. La volonté de se confronter à un espace qui n’est pas destiné au théâtre, et de casser les codes et les repères habituels, comme nous l’avions vécu sur « Embouteillage », en 2013. Nous continuons notre travail de recherche sur le rapport au public. Pas de scène, ni de salle, mais une chambre, lieu restreint et clos. Le travail est axé sur la gestion de cet espace, de cette intimité, et du regard public très particulier.
Le public déambule par petits groupes de quatre personnes, de chambre en chambre. Dans chacune des chambres, une saynète, jouée par un ou plusieurs comédiens. Une saynète très réaliste, mettant en scène des personnages dans leur quotidien, leur passage dans cet hôtel. Les comédiens ne prendront jamais en compte le public, les spectateurs sont là, comme des voyeurs. L’important réside véritablement dans le ressenti du spectateur. De par la proximité du lieu et la situation qui se joue sous ses yeux, le spectateur devient le témoin invisible de quelques tranches de vie.
L’hôtel est un lieu où se côtoient à la fois l’intime et le collectif. C’est un lieu qui dispose d’une succession de chambres, et donc la possibilité de proposer au public de multiples situations. En visitant ces différentes chambres, le public visite un condensé de vies, au même titre que s’il avait secrètement accès à chaque appartement d’un immeuble.
Qui n’a jamais rêvé de pénétrer l’intimité de ses semblables ? Qui n’a jamais émis le souhait d’être une petite souris pour voir ce qui se passe derrière la porte ? Avec « Entrez Sans Frapper », c’est cette expérience que nous proposons au public.

GD. Pour vous, l’idée principale est de troubler les frontières entre réalité et fiction, observation et voyeurisme. Casser les codes. Le spectateur peut se trouver au bord du lit ou près de la fenêtre à un mètre ou deux des comédiens. Cette absence de frontière ne risque-t-elle pas de briser la distance habituelle du théâtre. Entre le spectateur assis en salle et le comédien sur scène. Cette frontière entre le Noir et la Lumière. Ne vient-elle pas troubler la magie du théâtre pour le spectateur ?

SD. L’idée principale de ce projet est justement d’inciter le public à oublier qu’il est au théâtre. La chambre est le lieu par excellence de l’intimité, voire du secret. Elle est rarement accessible à ceux qui ne partagent pas la vie de ceux qui l’occupent. C’est donc au cœur de cette intimité que nous voulons inviter le public. Il n’y a plus de limite scène / salle, mais la réalité… Une réalité évidemment tronquée, car mise en scène et écrite pour l’occasion, l’idée étant évidemment de troubler les frontières entre réalité et fiction, observation et voyeurisme.

GD. Avez-vous noté quelques réactions de spectateurs ? Combien de spectateurs ont ouvert la porte des chambres ?

SD. Les réactions des spectateurs sont unanimes, tous ressortent avec l’impression d’avoir vécu une aventure hors du commun. L’expérience provoque un peu de frustration car il n’y a pas de salut final, les spectateurs repartent comme ils sont venus, avec l’envie de rencontrer les comédiens, de les féliciter, de les remercier… Mais c’est l’essence même du projet, et le livre d’or à disposition du public regorge de mots gentils et d’encouragements. En tout, se sont plus de 900 spectateurs qui ont défilé dans l’hôtel au court des 8 soirées de représentation.

GD. Pourquoi deux parcours distincts dans cet hôtel ?

SD. La raison est assez simple. Il y a en tout 14 chambres, donc 14 scènes… Impossible, et ce pour des raisons de sécurité, d’accueillir plus d’un certain nombre de spectateurs au même moment. Le spectacle est donc en deux parties . Les spectateurs ont le choix d’en voir une (1h10) ou deux (2h20).

GD. Vous mélangez harmonieusement comédiennes et comédiens professionnels et amateurs. Ils sont au nombre de 37. Comment voyez-vous cette collaboration ? Pourquoi ne pas avoir fait le choix du tout professionnel ?

SD. Bien au-delà de la contrainte économique que représenterait un spectacle d’une telle envergure avec une équipe entièrement professionnelle, les comédiens amateurs font partie intégrante de notre association depuis sa création. Nous avons la volonté de leur proposer régulièrement de nouveaux projets. Leur rigueur a toujours été un atout dans ces réalisations ; d’année en année, ces périodes de création, véritables aventures humaines, sont devenues des temps d’échanges et de rencontres indispensables. Pour nous, il est important d’élargir le lien entre amateurs et professionnels. Au-delà de leur proposer d’enrichir leur pratique théâtrale, nous avons la volonté d’accroître leur curiosité de spectateur.

GD. Comment avez-vous trouvé cet hôtel ? Comment travaillez-vous avec la ou le responsable de cet établissement connu sur Annecy ?

SD. L’hôtel Central est bien plus qu’un hôtel… En tout cas pour notre projet. La propriétaire, Corine Parel, a pris soin de personnaliser chacune des chambres avec une décoration particulière, sur un thème précis. C’est l’endroit idéal, car l’espace de jeu est défini comme s’il y avait eu un travail de scénographie. C’est un sacré pari qu’a fait Corine en nous ouvrant les portes. J’imagine que ça a été pas mal de stress, car beaucoup de va et vient pour les répétitions, et surtout beaucoup plus de travail pendant les représentations. En effet, chaque jour il faut tout remettre en ordre et faire un grand coup de ménage… 120 spectateurs par soir… Ça laisse quelques marques ! Mais elle a apprécié l’expérience, c’est une personne qui aime le théâtre, et qui surtout nous fait confiance, ce qui est indispensable pour ce genre de collaboration. Et puis, c’est aussi un coup de projecteur sur cet hôtel charmant et atypique situé en plein cœur d’Annecy.

GD. Parlez-nous de vos projets futurs. Ou ceux de la compagnie Al Fonce.

Des projets, il y en a plein les tiroirs (rires). Pour l’instant, on se concentre sur ce qui est en cours avec dans un petit coin de la tête l’envie de retrouver vite une idée aussi fédératrice !

Propos recueillis par Guy Dieppedalle. Architecte de mots éphémères.

Dates et lieux des représentations :

Hôtel Central – Annecy (réservations auprès de l’office du Tourisme du Lac d’Annecy)
° Vendredi 11 janvier 2019 : 18h30 / 19h00 / 20h30 / 21h00
° Samedi 12 janvier : 18h30 / 19h00 / 20h30 / 21h00
° Dimanche 13 janvier : 15h00 / 15h30 / 17h00 / 17h30
° Vendredi 18 janvier : 18h30 / 19h00 / 20h30 / 21h00
° Samedi 19 janvier : 18h30 / 19h00 / 20h30 / 21h00
° Dimanche 20 janvier : 15h00 / 15h30 / 17h00 / 17h30

Hôtel Les Loges du Park – Aix Les Bains – Rue Jean-Louis Victor Bias. (réservations auprès de l’Espace Culturel La Traverse au Bourget du Lac)
° Samedi 02 février 2019
Parcours A : 18h30 et 20h30 – Parcours B : 19h et 21h
° Dimanche 03 février 2019
Parcours A : 15h et 17h – Parcours B : 15h30 et 17h30

Présentation de la pièce

Qui n’a jamais rêvé de pénétrer l’intimité de ses semblables ?
Ce spectacle propose au public de transgresser le code de la bienséance en entrant dans les différentes chambres d’un l’hôtel pour y découvrir des scènes du quotidien à travers des thèmes qui nous concernent tous : l’amour, la solitude, la jalousie, l’amitié, la famille, la maladie…
Le spectateur est au cœur de ce qui se joue, à lui de se faire une place, de s’installer dans la chambre et de regarder. Il devient le témoin invisible de quelques tranches de vie, qui ne le laisseront pas indifférent.
Cette forme théâtrale casse les codes et les repères habituels en investissant un espace qui n’est pas destiné au théâtre : une chambre d’hôtel !
Ne manquez pas cette expérience insolite, cette déambulation pour spectateur incognito et vivez cette aventure unique et intime avec les comédiens !

Documentation complémentaire

° Voir la bande annonce en vidéo : https://www.youtube.com/watch?time_continue=14&v=cuqrYjESBow
° Site et adresse de la compagnie Al Fonce Théâtre, Annecy  www.alfonce-theatre.com
° Al Fonce Théâtre sur Facebook + d’infos
° Site de l’Espace Culturel La Traverse au Bourget du Lac  + d’infos
° Site du célèbre Hôtel Central à Annecy  + d’infos
° Site de la résidence hôtelière Les Loges du Park à Aix-les-Bains  + d’infos
° Les autres interviewes parues sur ce site  + d’infos
° L’actualité du théâtre amateur sur les deux Savoie  + d’infos
° Comment adhérer à la FNCTA  + d’infos

.