A la recherche du soulier. Théâtr’Ensemble Grenoble et l’oeuvre de Claudel

A la recherche du soulier-Lancement saison 2-Sept 2017- Autour de Bertrand Petit, au centre. Photo Le Dauphiné libéré

Interview 2017 de

Bertrand Petit

Théâtr’Ensemble fête cette année son douzième anniversaire. Cette association de l’Isère est engagée depuis un an dans un vaste projet partenarial et artistique autour du Soulier de Satin, de Paul Claudel. Bertrand Petit, Président, nous dévoile ce projet.

GD. Pourquoi le Soulier de Satin de Paul Claudel, et pourquoi A la Recherche du Soulier d’après…?

BP. Le Soulier de Satin est une des œuvres majeures du théâtre français du XXème siècle. Peu connue sauf des privilégiés qui l’ont vu dans la mise en scène d’Antoine Vitez en Avignon, en 1987, en ces nuits mémorables, ou monté par Olivier Py au Théâtre de la Ville à Paris. C’est une œuvre difficile aussi à lire. Elle est écrite comme une série, avec ses épisodes, un texte qu’il faut lire à voix haute. Nous avons formé, à ce langage particulier, une soixantaine de comédiens et comédiennes de tous âges, en amateurs. Nous n’avons pas la prétention de « monter » le Soulier de Satin, mais d’en présenter quatre approches dramaturgiques correspondant aux quatre journées, on pourrait dire aux quatre actes. Notre ambition est de faire partager, à d’autres, l’immense plaisir que nous avons eu à le découvrir à partir du texte intégral.

GD. Certains rôles sont écrasants, comme ceux de Don Rodrigue, de Dona Prouhèze, de Don Camille, mais aussi les rois, l’ange gardien. Comment des comédiens « amateurs » peuvent-ils assurer le poids de ces personnages ?

BP. C’est la raison pour laquelle nous sommes soixante : le nombre permet quatre distributions de 15 personnes, en moyenne, par journée. Par ailleurs, certains metteurs en scène ont une approche chorale des personnages : le même personnage est doublé ou triplé dans la même scène ou joué par plusieurs dans des scènes différentes. Volontairement, une distance est créée entre le personnage et le comédien : les hommes peuvent jouer les femmes et les femmes les hommes. Rappelons que, bien entendu, il n’y a pas eu de casting. Les quatre groupes de comédiens se sont formés après un an de travail sur la base de vœux émis par chacun d’entre eux.

A la recherche du Soulier-Regroupement à Brangues-Juin 2017

GD. Qui sont les metteurs en scène qui constituent l’équipe artistique de cette aventure ?

BP. Ce sont des artistes que nous avons repérés ici ou là pour leurs compétences et leur envie de travailler avec des non professionnels. Pour leur intérêt ou leur connaissance de Paul Claudel. En fonction de leurs disponibilités et qui ont accepté ce pari insensé de mener avec nous cette aventure : Judith d’Aleazzo, des Tréteaux de France, Kathleen Dol du collectif X de St Etienne, Thierry Mennessier de Grenoble, et Nadia Vonderheyden, artiste associée MC2. Une équipe technique de régie, sceno etc est aussi constituée.

GD. A quand les représentations publiques ?

BP Les représentations publiques des quatre spectacles auront lieu à MC2 à Grenoble, à l’Hexagone de Meylan, au Campus Universitaire, au Théâtre Municipal de Grenoble, plus une intégrale le 1er Juillet 2018 dans le domaine de Brangues, propriété de la famille Claudel, à l’occasion du 150° anniversaire de sa naissance. (voir info)

GD. Avec quels moyens avez-vous réalisé tout ça ?

BP. Avec l’aide des collectivités territoriales, la Ville de Grenoble, le Département de l’Isère, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Etat, par le fond d’encouragement aux pratiques en amateurs et la DRAC. Rien ne serait possible sans la contribution des participants. Nous lançons aussi une campagne de financement participatif et recherchons des sponsors susceptibles de nous soutenir. Le moteur est l’enthousiasme et l’engagement exigeant de tous et de toutes. Et Merci à Marie-Victoire Nantet-Claudel pour son appui chaleureux.

Propos recueillis par Guy Dieppedalle. Architecte de mots éphémères

Site de Théâtr’Ensemble
Site de Les Tréteaux de France

A la recherche du Soulier-Regroupement à Brangues Juin 2017